4 RÉGIONS DU CORPS À CONNAITRE EN YOGA !

 

Yogalavie - 4 parties du corps

Le yoga a cela de merveilleux : il travaille le corps dans sa globalité !

Petit à petit, celui qui le pratique devient toujours un peu plus conscient et un peu plus sensible aux diverses parties de son corps et aux muscles, aux tendons, aux organes qui le constituent.

La plupart d’entre nous traversent nos journées sans avoir conscience d’être dans notre corps, autrement dit, nous le prenons pour acquis. Le yoga devient un moyen de renouer avec notre corps et nos sensations.

Un autre moyen de renouer (un peu plus violent, je l’admets 😉 ) est la blessure. Quand on a poussé notre corps trop loin, qu’on ne l’a pas écouté suffisamment, la blessure devient une invitation pour être plus consciente de certaines zones de notre corps, de leur usage et de notre attitude mentale.

N’attendez pas la douleur pour prendre soin de certaines parties de notre corps ! C’est aujourd’hui ma philosophie.

Suite à ma propre expérience comme yogi, comme sportive et à force d’enseigner le yoga avec une approche thérapeutique, j’ai constaté combien certains espaces de notre corps peuvent rester méconnus malgré une quantité d’exercices physiques.

C’est le cas

  • de la région lombaire,
  • de la région abdominale,
  • du diaphragme,
  • du plancher pelvien, entre autres.

(Le détail de ces trois dernières régions du corps, vous les trouverez dans cet article !)

DÉCOUVRIR PAR L’EXPÉRIENCE

Connaître ces espaces améliore notre capacité à les ressentir et ainsi, à en faire usage avec justesse et à en prendre soin, ce qui garantit leur santé et leur vitalité à long terme. Pour cela, il est utile de comprendre leur fonctionnement et de les visualiser.

Notez qu’il y aurait un livre entier à dédier à chacune de ces parties du corps (certains spécialistes passent leur vie à préciser et approfondir leur connaissance en la matière). Dans cet article, je souhaite simplement souligner des éléments importants de ces régions qui, pour ceux qui n’ont pas étudié dans ce domaine, restent méconnues.

J’ai découvert bien vite qu’une excellente manière de découvrir l’anatomie était par l’expérience, par le ressenti.

 

LES GRANDES SACRIFIÉES DE NOTRE POSTURE

Les 4 différentes parties du corps qui seront détaillées dans le prochain article sont les grandes sacrifiées de notre mode de vie contemporain où notre posture est mise à mal, tout comme notre capacité à la détente !

  • Nous sommes trop souvent assis, la plupart d’entre nous restons assis une grande partie de la journée devant un ordinateur. Être assis de manière prolongée a de nombreuses conséquences :
    1. Cela diminue les courbures naturelles et la résistance de la colonne.
    2. Cela crée une faiblesse des muscles posturaux profonds.
    3. Cela crée une hypertension au niveau de certains fashias (membrane fibro-élastique qui recouvre ou enveloppe une structure anatomique).
    4. Cela crée une hyperpression au niveau thoracique, abdominal et pelvien.
    5. Cela diminue la mobilité articulaire de la colonne.
    6. Cela crée un déséquilibre au niveau de la posture.

Notez bien que toute posture empruntée trop longtemps (que vous travailliez à bouger des boîtes toute la journée ou que vous travaillez debout à masser ou à traiter les gens) va créer des déséquilibres qui peuvent avoir des conséquences à long terme.

  • Nous sommes souvent très stressés, sans mode d’évacuation ou de gestion du stress au quotidien. Bref, nous accumulons de la tension.
    1. Le stress, réaction à l’urgence, fait en sorte que le corps ne se soucie plus des fonctions régulières comme la digestion, l’élimination des déchets, la reproduction.
    2. Le stress accumulé crée des tensions et une hyperactivité mentale.
    3. Étant plus dans notre tête, nous ressentons moins notre corps et particulièrement le bas de notre corps.
    4. Pour des outils, voir ce guide : 5 étapes pour diminuer votre stress et vivre mieux !

 

COMMENT ABORDER TOUT CELA ?

L’objectif ici n’est pas de « démoniser » la posture assise et le stress, mais plutôt de prendre conscience que le yoga a des outils intemporels et fort précis pour répondre à ces tars de notre époque.

 

  • La première étape est de prendre conscience que ces régions sont particulièrement vulnérables.
  • La deuxième étape est d’apprendre à ressentir et à détendre ces espaces, et cela peut se développer par la détente guidée et la respiration consciente, ici la visualisation est très importante.
  • La troisième étape est de développer la tonicité et la souplesse de ces régions du corps par le travail actif des asanas (dans le cadre du yoga).
  • Notez que la deuxième et la troisième étape sont interchangeables, en fait elles devraient travailler en alternance. L’une favorise l’autre et vice-versa.

 

LA RÉGION LOMBAIRE

Yogalavie - 4 régions du corps

Je m’arrête à la région lombaire pour commencer en raison du nombre de personnes qui arrivent au yoga avec des maux au bas du dos. Ces maux de dos sont souvent intimement liés aux trois autres régions du corps auxquelles je m’attarderai dans le prochain article, soit la région abdominale, le diaphragme et le plancher pelvien.

  • La structure de la région lombaire est composée de 5 grosses et larges vertèbres, conçues pour supporter le poids de tout le corps – contrairement aux cervicales par exemple qui sont toutes petites. Elles sont séparées par un petit disque fibreux servant à absorber les chocs. Elles sont reliées entre autres par des muscles profonds qui s’attachent autour d’elles. Ces 5 vertèbres sont appelées par les intimes L1 L2 L3 L4 L5 ! 😉 L5 est la plus grosse et la plus basse située juste au-dessus de la S1 – sacro-illaque1.
  • Ces vertèbres créent une courbe naturelle vers l’intérieur (lordose plus ou moins prononcée selon les physiologies) qui donne la cambrure du dos.
  • La colonne lombaire a des fonctions bien précises : c’est une zone d’adaptation, une zone qui supporte la stabilité du corps et le poids du corps.
  • La colonne lombaire comme reste de la colonne peut réaliser 5 mouvements soit : la flexion (avant ou arrière), l’extension (l’étirement), rotation axiale (torsion), flexion latérale (comme ces ballerines très souples attrapant leur pied de côté). Vous réalisez tous ces gestes sont réalisés au quotidien sans vous en rendre compte.
  • Le centre de gravité du corps se retrouve à la hauteur de région lombaire. Ce point le plus lourd du corps se situe un peu plus en avant des vertèbres.
  • Dans la région lombaire s’accumule beaucoup de tension, car tout comme les vertèbres cervicales, elles sont un lieu de compensation : les vertèbres lombaires ont une grande mobilité, ce qui compense pour les vertèbres thoraciques, liées au thorax, qui n’ont pas beaucoup de jeu.
  • Les tensions à l’endroit du dos vont être source de douleur pour de nombreuses raisons : des abdominaux trop flasques, un diaphragme trop tendu, des problèmes digestifs (le « sac » contenant les organes du ventre s’attache aux lombaires), des problèmes de foie, une posture assise au travail, problèmes liés aux organes éliminateurs, etc.
  • Ces tensions et une posture inadéquate font en sorte que la région lombaire est un site fréquent d’hernies, souvent situées entre la vertèbre L5 et la vertèbre S1. Une hernie signifie que le disque se fissure et qu’un morceau du disque sort de son enveloppe venant compresser la moelle ou les nerfs – particulièrement ceux qui viennent innerver le petit bassin et les jambes, comme le nerf sciatique ! Une hernie peut aussi signifier le glissement d’un disque, ce qui crée une pression similaire.
  • Région hyper mobilisée, les lombaires sont sollicitées en yoga surtout lors de flexions avant, comme la pince, et lors de flexions arrière, comme le cobra.

En yoga :

  • Pour la protéger, il est important d’engager les muscles du bas du dos et du bas du ventre (abdominaux) à chaque instant du quotidien (sauf au repos) ! La région lombaire est intimement liée à la région abdominale. C’est d’ailleurs une autre région du corps qu’il est utile de bien connaître.

Dans le prochain article, vous découvrirez le détail des trois parties du corps que j’ai mentionné plus haut, si intimement liés à la région lombaire. En prendre conscience est la première étape, c’est la première marche de l’escalier.

Et vous, quand remarquez-vous que vous « avez » un bas du dos ? L’oubliez-vous fréquemment ?

***Je tiens à remercier Carine, amie kinésiologue, étudiante en ostéopathie, qui m’a beaucoup aidé lors de la réalisation de cet article !***

Vous avez aimé cet article et voulez en savoir plus ? Inscrivez-vous à la mailing list, c'est gratuit !

Noemie

Comments

Patricia
Reply

Merci à toutes le deux pour ces informations, c’est indéniable et sensé, vous êtes inspirantes!

Noemie
Reply

Merci! C’est super que vous appréciez autant ! 🙂

Claudia YogaPassion
Reply

Bonjour Noémie,

Bravo pour ce super article !

Pour ma part, il m’arrive d’en avoir « plein le dos » dans ma vie quotidienne, quand je passe trop de temps assise derrière l’écran, comme tu le soulignes. Ou quand je piétine longtemps dans le métro ou dans Paris bondé.

Dans ce cas-là, j’attends d’être chez moi et je fais ma pratique pour me soulager. La charrue, le cordonnier allongé sur le dos et toutes les torsions me soulagent admirablement bien des tensions et douleurs accumulées dans les lombaires…

Alors vive le Yoga !

Belles pratiques à toutes,
Claudia du blog yoga : http://www.yogapassion.fr

Leave a comment

name*

email* (not published)

website

Téléchargez mon ebook "5 étapes pour diminuer votre stress et vivre mieux"