LE KARMA YOGA ET LA GÉNÉROSITÉ

Yogalavie - karma yoga

Il y a des sages partout sur la planète. J’en ai rencontré un dans les montagnes de l’Atlas marocain et il m’a enseigné (sans le savoir) l’expérience de la générosité la plus vaste. Dans la tradition du Yoga, on explore cela par le Karma Yoga.

Il semble partager les principes que propose le Raja Yoga, d’où provient le Karma Yoga, qui peuvent se résumer en ces mots : « Aimez tout le monde et servez tout le monde. ». Ce n’était pas une maxime qu’il suivait, mais qu’il vivait !

LES TROIS (OU QUATRE!) CHEMINS DE LA RÉALISATION DE SOI

 

Dans la tradition du yoga, il y a trois chemins pour la réalisation de Soi,
qui est l’union avec la Vie, avec ce qui nous dépasse, avec le plus grand que soi (que certains pourraient appeler Dieu par ailleurs). La réalisation, c’est un état d’harmonie en soi et avec ce qui nous entoure, ce qui implique donc un état de joie, de bonheur et de bien-être (c’est un explication rudimentaire j’en conviens!).

Voici donc les trois chemins :

  1. Karma Yoga : le chemin de l’action
  2. Bakhti Yoga : le chemin de la dévotion
  3. Jnana Yoga : le chemin du savoir

Il en existe un quatrième, le Raja Yoga, qui implique toutes ces voies ensemble et qui est souvent appelé la voie de la méditation, rassemblant toutes les techniques du yoga que l’on connaît aujourd’hui comme celles de la méditation, de la respiration, de la concentration, etc.

Aujourd’hui, je me penche sur la première de ces voies.

 

LE KARMA YOGA

Le Karma Yoga, comme toutes les voies du yoga, propose trois principes qui mènent à cet état de bien-être. Cet état s’expérimente progressivement – c’est toujours une question de chemin, car le Karma Yoga est la voie du service désintéressé.

Premier principe : rechercher la perfection dans l’action. C’est toujours faire de son mieux, rien de plus, rien de moins, et cela est relatif à chacun. C’est donc l’intention qui compte et non le fait de toucher une ou cent personnes. C’est aussi « attacher sa charrue à une étoile », nourrir le meilleur de vous-même par la pratique physique ou psychique.

Deuxième principe : savoir se détacher des résultats de l’action. C’est de ne pas s’attacher aux résultats de votre action (positifs ou négatifs, grands ou petits, beaux ou laids, visibles ou invisibles) ni à ce que pourrait vous rapporter cette action. En ne vous attachant pas aux résultats, vous laissez circuler librement le mouvement et vous favorisez l’harmonie.

Troisième principe : savoir rester centré sur l’action en cours. C’est la capacité de se concentrer sur le moment, de rester centré sur votre action pendant cette action.

Le meilleur exemple de karma yoga est certainement celui de Gandhi, allez lire sa biographie si vous cherchez de l’inspiration ! 😉 Gardez tout de même à l’esprit que vous n’avez pas à être Gandhi… continuez la lecture pour plus d’astuces !

 

LA GÉNÉROSITÉ COMME LIBERTÉ

 

Si je reviens à la générosité que j’ai rencontrée dans les montagnes berbères – lire cet article pour plus de détails – , par le biais d’Abdellah et des autres personnes qui ont croisé notre chemin, je dois dire qu’elle est l’aboutissement du non attachement : je n’ai rien et je t’offre tout.

Le meilleur d’eux-mêmes, ils nous l’ont offert. La générosité nous élève vers les autres et vers nous-mêmes. Nous sommes sortis de ces maisons lointaines de l’Atlas avec l’impression d’être nourris, d’être plus grands, plus riches, plus pleins. Et pourtant nous avions mangé un repas, dormi sur des tapis et nous nous sommes souvent fait réveiller par des mouches! Ces Berbères nous ont donné le meilleur d’eux-mêmes et nous en sommes ressortis avec le meilleur de nous-mêmes.

Offrir le meilleur est une forme de liberté d’être. Il n’y a rien à garder, à conserver, à évaluer, il n’y a rien de réellement à soi. On donne sans chercher à plaire, sans chercher quoi que ce soit, sans attendre quoi que ce soit. Pour ceux que nous avons rencontrés, cette générosité est naturelle. Ce libre mouvement est la nature même de l’humain.

Enfin, cette qualité de présence nous permet d’entrer en relation avec chacun non pas par ce qu’il possède, par sa fonction sociale ou ses aspirations, mais plutôt par l’essentiel. De la générosité naissent la joie et l’amour. La joie d’être là ensemble, l’amour de l’instant! Y a-t-il quelque chose de plus yogi que cela? 😉

Avez-vous des actes de générosité gratuits ?

Ces gestes, ces expériences de générosité m’ont rappelé que je suggère à tous ceux que je suis de près en yoga de suivre les conseils de Shawn Achor dans leur pratique personnelle. Ce scientifique du bonheur (!!) affirme, entre autres, qu’en posant des actes de générosité gratuits chaque jour notre bonheur augmente inévitablement.

Souvent, on se restreint à donner parce que l’on craint comment cela va être reçu. Une telle forme d’être est peu commune dans nos sociétés et implique un brin de folie, on ose être le meilleur de nous-même, même si ça nous rend différent, même si ça surprend.

Beaucoup d’héritages sociaux, religieux ou familiaux définissent ce qu’est le don de soi et la place que cela doit prendre dans notre vie. Cependant, si vous avez quatre enfants ou seulement un, si vous travaillez à temps plein, si vous êtes dans une phase de votre vie où une sensation de vide est fort présente, il est fort possible que la pensée de donner soit magnifique dans l’idée mais impossible en pratique.

Parfois, un tout petit geste suffi, s’il vient du fond du coeur : un câlin à chacun de vos enfants avant de vous coucher, un « merci » pour ceux qui travaillent avec vous. C’est un geste, un temps, une parole qui favorise et renforce la relation. L’harmonie dans nos relations favorise notre harmonie intérieure, et vice versa.

Je crois, comme Shawn Achor, qu’il faut commencer petit, tout petit. C’est une habitude à prendre.

La clé ? Soyez courageux, commencez petit, faites avec ce que vous avez, faites quelque chose que vous aimez et n’en faites pas trop ! Vous respectez alors un des principes fondamentaux du yoga : la non-violence.

Pourquoi ne pas envoyer un petit message attentionné à un ou une amie – cela ne peut être qu’une phrase? Pourquoi ne pas aider une dame avec ses sacs? Pourquoi ne pas laisser un mot doux à votre tendre moitié? Ces petits gestes permettent à tout le meilleur de circuler.

Défi de la semaine :

Pratiquez deux gestes gratuits par jour pendant une semaine et laissez vous surprendre par les impacts que cela aura dans votre vie. Partagez vos gestes avec nous dans les commentaires, partagez vos inspirations !

Vous avez aimé cet article et voulez en savoir plus ? Inscrivez-vous à la mailing list, c'est gratuit !

Noemie

Comments

Thierry
Reply

Très bon sujet. Vous devriez lire: Le pouvoir de l’intention de Wayne W Dyer. il a un site internet qui devrait vous intéresser au plus haut point.
Merci pour votre texte.

Sylvie Dumas
Reply

Merci Noémie toujours un plaisir de te lire

Namasté

Sylvie

Jocelyn
Reply

La générosité, du coeur, du geste, de la coopération sans attente
aide dans la vie! Merci à toi de nous le rappeler

Noemie
Reply

Merci pour ce message Jocelyn ! 😉

Leave a comment

name*

email* (not published)

website

Téléchargez mon ebook "5 étapes pour diminuer votre stress et vivre mieux"