SAVOURER LA DÉTENTE MENTALE GRÂCE À 3 MOUVEMENTS

 

Pour beaucoup, la détente est un luxe. Combien de fois dans une vie peut-on vivre une activité cérébrale intense ! Combien de fois par jour ou par semaine ? Nos pensées se créent et s’emballent si vite !

Il arrive que l’aventure cérébrale soit hyper créative, merveille d’effervescence, et d’autres fois où l’hyper activité devient immaitrisable et source de tension.

 

NOTRE MENTAL CHERCHE DES SOLUTIONS EN BOUCLE

Quoi qu’il arrive, rien n’est grave. L’esprit cherche constamment à nous aider, à trouver des solutions. En situation de survie, c’est absolument nécessaire, c’est une extraordinaire aptitude. Dans les cas où nous ne sommes pas en survie (ce qui aujourd’hui s’avère être la majorité des minutes de notre vie), cette capacité à trouver des solutions en boucle (donc aussi des problèmes) doit être canalisée.

On sent bien que parfois, penser pour penser est trop intense pour nous. Ça tend le corps, ça alourdit les pensées. Autrement dit, tout devient plus étroit, moins mobile.

On peut alors voir un esprit qui chauffe et même qui surchauffe comme un défi intéressant. L’esprit tel un animal sauvage … s’apprivoise. Avez-vous vous déjà essayé d’apprivoiser un animal sauvage en lui courant après pour qu’il fasse vite ? Il est nécessaire d’être patient, comme le Petit Prince et le Renard.

 

DEUX OPTIONS POUR APAISER L’ANIMAL SAUVAGE

Si arrêter nos pensées est un mythe (avant d’être un praticien régulier, voire avancé de méditation), savoir changer de dynamique (passer d’un état d’hyperactivité cérébrale à un état plus calme) est essentiel. La survie, ça épuise ! 😉

Première option. L’éveil du corps peut permettre d’apaiser le mental. En plongeant dans un effort physique, notre hamster intérieur se concentre, et parce qu’il se concentre, il s’apaise. On l’a tous expérimenté lors d’un défi physique tel qu’un jogging, qu’une montée d’une montagne, ou encore d’une classe de yoga. Lorsque le physique exige un effort, l’esprit se pacifie.

Deuxième option. On peut également apaiser le mental en éveillant le cœur (!). En plongeant, par exemple, dans notre générosité ou notre bienveillance gratuite. Il suffit d’écouter quelqu’un avec attention, de passer du temps de qualité avec des gens qu’on aime, d’offrir une fleur ou une douce parole à quelqu’un, connue ou inconnue. Lorsque le cœur déborde, le mental se clame.

Ces deux options court-circuitent l’activité mentale. Néanmoins, elles ne nous rendent pas toujours ou nécessairement ou absolument maîtres du rythme de notre activité cérébrale.

 

LE CALME N’EST JAMAIS ACQUIS

Le calme du mental n’est jamais chose acquise. Nous sommes toujours sujets à l’apparition, voire à l’invasion d’une nouvelle portée de hamster dans notre tête. Nous ne sommes pas non plus toujours en mesure de « performer » physiquement ou « d’offrir » généreusement.

En réalité, le travail est surtout de développer notre résilience devant le défi qu’est l’hyper activité cérébrale (ou tension mentale, finalement c’est à peu près la même chose).

Je m’interroge régulièrement sur ma capacité à m’apaiser dans tout contexte. Comment ferais-je si j’étais fortement nerveuse dans un contexte où je serais isolée et limitée dans mes mouvements ? Comment devenir autonome et efficace, pour changer de dynamique, pour se détendre, là là tout de suite ?

 

MAÎTRISER NOTRE SYSTÈME NERVEUX, POSSIBLE ?

J’ai observé qu’à force de pratique, nous pouvons devenir maitres de notre système nerveux. On apprend à apaiser (ou dynamiser, si besoin est) notre système nerveux petit à petit, à force de pratique. Certaines postures, le ralentissement du souffle (combiné avec l’esprit), la concentration et la pression de certains points du corps (entre les deux yeux ou sur le sommet du crâne par exemple – voire la vidéo) pratiquée régulièrement nous permettent d’établir un chemin de plus en plus fort, clair et direct vers le calme mental. (Bien sûr le travail du Yoga Nidra et de la méditation, sont aussi des moyens pour apprendre à maitriser son système nerveux, petit à petit)

Si une seule pratique de cette vidéo a des effets délicieux, la faire régulièrement vous donner une aptitude de ninja à vous apaiser. On apaise alors l’activité mentale en profondeur. On imprime un certain apaisement en nous. Tout ce qui est fait consciemment est profond et durable.

Éventuellement, réaliser l’ensemble des mouvements n’est plus nécessaire, le chemin vers le calme est si clair. D’autres fois, les mouvements semblent essentiels.

Voici votre petite bulle de tranquillité :

 

 

Cette bulle de douceur, de profonde détente, est à utiliser abondamment lorsque vous en ressentez le besoin.

 

Est-ce que cette expérience vous permet de vous relaxer en profondeur ? Aimeriez-vous davantage pratiquer ce type de yoga ?

Partagez votre expérience ! Hâte de vous lire !

 

 

 

Noémie xxxx

 

Vous avez aimé cet article et voulez en savoir plus ? Inscrivez-vous à la mailing list, c'est gratuit !

Noemie

Comments

Marine
Reply

Bonjour Noémie,
J’ai essayé les postures puisque j’avais mal à la tête! J’ai bien aimé mais je me suis demandée si vous n’aviez pas des excercices pour relâcher un mal de tête? Parfois quand j’ai mal à la tête je n’ose pas faire ce genre d’exercice comme mettre la tête vers le bas… je ne voudrais pas être étourdie ou autre malaise….
J’ai souvent mal à la tête durant mes règles et mal à la tête de tensions ( je crispé souvent mes épaules et nuque sans m’en rendre compte!)…
Merci pour votre aide ! Votre site est vraiment génial !

Noemie
Reply

Bonjour Marine ! C’est une très bonne idée de proposer une capsule pour les maux de tête ! Je prends votre suggestions en bonne note et vous conseille d’ici là de faire shavasana régulièrement (même le matin) voire d’essayer la pratique d’un Yoga Nidra (à lire, à écouter). Au plaisir de vous lire de nouveau ! 🙂

Leave a comment

name*

email* (not published)

website

Téléchargez mon ebook "5 étapes pour diminuer votre stress et vivre mieux"